Régression de sommeil 2 ans

La régression de sommeil des enfants de deux ans

On nous demande constamment s’il existe une régression du sommeil des enfants de deux ans. Les parents qui avaient précédemment eu un bon petit dormeur ont maintenant un enfant en bas âge qui refuse les siestes, se bagarre, se réveille au milieu de la nuit ou se lève à l’aube. Bienvenue dans la régression de sommeil des deux ans.

La régression de sommeil de deux ans

Pour comprendre la régression de sommeil des deux ans, il est important de comprendre où en est votre enfant de deux ans. Les enfants de deux ans traversent de nombreux changements et découvrent constamment le monde qui les entoure. Ils connaissent environ 50 mots et leur langue continue d’exploser au cours de l’année. Ils ont de grands sentiments et émotions, mais n’ont pas toujours la capacité de les exprimer, ce qui peut être source de frustration et de crises de colère.

De manière plus significative, les enfants de deux ans sont dans une phase de désir et ont besoin d’exprimer leur indépendance. « Laissez-moi le faire » ou « moi le fais » est une phrase constante à cet âge. Ce n’est pas si mal, cependant, les enfants de deux ans aiment donner et recevoir de l’affection. Ils fonctionnent mieux avec un horaire régulier, des repas sains et un sommeil correct. Avec une bonne gestion, ce que l’on appelle communément les «deux terribles» peut facilement être transformé en «deux formidables».

Pourquoi mes deux ans n’ont-il pas Sommeil?

Il existe de nombreux facteurs qui expliquent pourquoi votre enfant de deux ans ne dort pas bien. J’ai exposé ci-dessous les raisons les plus courantes et ce que vous pouvez faire à ce sujet.

Exercer son indépendance

Votre enfant de deux ans s’est rendu compte qu’ils sont séparés de vous et ils veulent faire TOUT le travail, TOUT par eux-mêmes. Cette indépendance retrouvée peut se prolonger jusqu’au coucher. Deux livres se transforment en trois, puis quatre. Des chansons sont chantées et des verres d’eau récupérés et parfois les demandes peuvent sembler sans fin. Vous pouvez commencer à vous demander qui dirige le spectacle. Mais lorsque vous êtes fatigué et que vous espérez éviter une crise, vous continuez à donner suite à leurs demandes.

Comment reprendre le contrôle:

Il est important que votre enfant ait la possibilité de faire des choix. Mais en tant que parent, vous devez définir le cadre. Essayez de leur donner le choix entre deux options appropriées. Par exemple, au lieu de dire «Que voulez-vous pour le petit-déjeuner?», Essayez de dire «Voulez-vous du pain grillé ou des céréales pour le petit-déjeuner?». Cela empêche votre enfant de deux ans de demander de la crème glacée, ce que vous refuserez, ce qui donnera lieu à un enfant de deux ans très frustré et déçu.

Au moment d’aller au lit, laissez votre enfant choisir son pyjama ou les deux livres que vous avez accepté de lire. En définissant le cadre autour de leurs choix, votre enfant se sentira plus fort tout en gardant le contrôle.

Crises de colère

Les crises de colère sont la raison pour laquelle cette année a été surnommée les «deux terribles». Il peut être difficile d’acquérir de meilleures habitudes de sommeil lorsque votre enfant est en colère. Il est important de se rappeler qu’ils ne sont pas agressifs. Les crises de colère sont la façon dont votre enfant montre qu’il se sent frustré, effrayé, anxieux ou en colère. Les tout-petits ressentent des émotions à grande échelle, mais leurs capacités verbales limitées et leur régulation émotionnelle les empêchent de gérer efficacement leurs émotions.

Comment gérer une crise de colère:

La prévention est la clé. Il est beaucoup plus difficile pour votre enfant de deux ans de réguler ses émotions lorsqu’il est fatigué et affamé. Une collation au coucher et un coucher plus tôt permettront à votre enfant de gérer ses émotions plus facilement.

Assurez-vous de définir une routine cohérente. Les enfants font tellement mieux quand ils savent à quoi s’attendre. Suivre une routine régulière au coucher les aidera à savoir ce qui va suivre. L’utilisation de repères visuels, tels que des images ou un tableau, pour tracer les étapes de la routine fonctionne très bien à cet âge. Un exemple de routine au coucher serait une collation, un bain, se brosser les dents, une histoire, des câlins, puis au lit. Même si votre petit se fâche, essayez de rester calme. Les enfants suivent notre exemple et sont plus susceptibles de rester calmes si vous l’êtes.

Peurs nocturnes

Entre 2 et 3 ans, des craintes nocturnes se manifestent. Votre enfant a commencé à remarquer des personnages effrayants à la télévision ou dans des livres. Combinez cela avec une grande imagination et votre tout-petit risque de faire son premier cauchemar ou de commencer à se plaindre d’avoir peur du noir.

Comment gérer les peurs nocturnes:

Si votre enfant se plaint d’avoir peur du noir, vous pouvez commencer à utiliser une veilleuse douce dans sa chambre. Évitez les lumières blanches / bleues car cela pourrait perturber la mélatonine (des exemples de lumières blanches / bleues sont les lampes fluorescentes, les écrans de télévision ou d’iPad).

Évitez les livres ou les films effrayants avant de se coucher.

Si votre enfant a un cauchemar, essayez de ne pas lui demander de préciser les détails. Faites un câlin réconfortant et dites-leur que même si c’était effrayant, ce n’est pas réel. Rassurez-les qu’ils sont toujours en sécurité et que vous êtes toujours là pour les protéger. Ensuite, recentrez votre attention sur quelque chose de plus heureux. Demandez-leur ce qu’ils voudraient pour le petit-déjeuner le lendemain matin ou quel est leur animal préféré. Cela aidera à les distraire et à les détendre.

Assurez-vous de les coucher dans leur propre chambre et non dans votre lit. Chaque enfant aime une soirée pyjama et si vous commencez à le laisser se blottir contre vous, il se peut qu’il commence à avoir des «cauchemars» toutes les nuits.

Si votre enfant n’a pas déjà une couverture spéciale ou un animal en peluche, vous pouvez en introduire un. Avoir un ami pour le câliner et le réconforter la nuit peut vraiment aider. Limitez les jouets dans le lit à un seul «film» spécial ou ils peuvent commencer à jouer au lieu de dormir.

Chronométrage – siestes ignorées

Vers l’âge de 2 ans, les besoins de sommeil de votre tout-petit commencent à changer. Votre petit pourrait résister à la sieste. Cela ne signifie pas nécessairement qu’ils n’ont plus besoin de sieste. Essayez un moment de calme au lieu d’une sieste pendant un moment. Ils peuvent jouer tranquillement dans leur chambre ou regarder un livre. Ils peuvent s’endormir, mais même s’ils ne le font pas, la tranquillité est un excellent moyen de se détendre et de se ressourcer. Après 2 ou 3 semaines, votre tout-petit pourra recommencer à faire la sieste.

Dentition

Les molaires de deux ans se situent généralement entre 23 et 31 mois. Si votre enfant semble irritable et capricieux, cela pourrait être un facteur contributif. Si vous pensez que le problème est la dentition, essayez de donner une dose d’un analgésique recommandé (acétaminophène ou ibuprofène) et voyez si cela améliore leur irritabilité et leur sommeil.

Apprentissage de la propreté et régression du sommeil sur deux ans

La plupart des enfants commencent à s’entraîner à la propreté vers l’âge de 2 ans. C’est à peu près à la même époque que de nombreux enfants commencent à avoir des troubles du sommeil. Si votre tout-petit demande à aller aux toilettes lorsqu’il est l’heure de dormir, il peut être difficile de refuser cette demande.

Comment gérer la formation de pot:

Assurez-vous d’aller à la salle de bain dans votre routine nocturne. S’ils continuent à demander d’aller aux toilettes une fois au lit, vous pouvez mettre en place un «laissez-passer pour pot». Un laissez-passer pour pot est comme un laissez-passer pour le couloir qu’ils peuvent utiliser la nuit pour se lever et aller à la salle de bain. La passe de pot devrait être une utilisation unique. Demandez-leur de vous donner le laissez-passer pour le pot quand ils doivent aller aux toilettes. Cela fixe une limite à leurs demandes de pot et les aide à pouvoir partir quand ils en ont vraiment besoin.

Si votre enfant a réellement besoin de faire pipi plusieurs fois la nuit, il peut y avoir un problème médical sous-jacent. J’essayerais de limiter leurs liquides après le souper et si vous ne constatiez aucune amélioration, je ferais un suivi auprès de leur médecin.

S’installer trop tôt dans un grand lit

C’est un problème que je vois souvent. Les parents essaient de placer un enfant dans un grand lit avant qu’il ne soit prêt. Il est souvent utilisé pour tenter de résoudre un problème de sommeil existant et aggrave encore les choses. Les enfants ne comprennent pas qu’ils doivent rester dans leur propre lit jusqu’à l’âge de 2,5 / 3 ans. Je recommande généralement de garder votre petit dans un berceau le plus longtemps possible. La seule exception est si elles sautent hors du berceau et que c’est maintenant dangereux.

Une résurgence de l’anxiété de séparation

Vers deux ans, la séparation des parents peut donner lieu à un nouveau sentiment de peur. Cela peut devenir pire la nuit. Si votre enfant a un cas grave de FOMO, il existe des moyens de le gérer.

Comment gérer l’anxiété de séparation:

Essayez de rester calme. Rassurez votre petit que vous êtes toujours à proximité. Une petite veilleuse peut aider à atténuer leurs peurs.

Apprenez-leur à gérer ce sentiment. Un exemple serait de dire: «Je sais que vous vous sentez nerveuse quand maman quitte la pièce. Je veux que tu serre ton nounours très fort quand tu te sens comme ça.

Si votre enfant continue d’appeler constamment dès votre départ et que vous pensez que cela est lié à l’anxiété de séparation, vous pouvez essayer de laisser sa porte légèrement ouverte. Rappelez-leur qu’ils doivent mentir ou vous devrez fermer la porte. Beaucoup de temps de qualité avant d’aller au lit aidera également votre tout-petit à se sentir mieux après le coucher et à être séparé de vous.

C’est un âge délicat, quand vous sentez que tout est sur la bonne voie, vous pouvez passer une mauvaise journée. Accrochez-vous, vivre avec un enfant en bas âge peut être une montagne russe, mais comme dans la réalité, cela en vaut toujours la peine.

Laisser une réponse

treize − six =